Menu Fermer

Points de sortie, SSJ-1 : le Trailing Stop, ou stop suiveur

“L’innovation, c’est ce qui distingue un leader d’un suiveur.”
Steve Jobs

Est-ce que vous pensez avoir l’oeil ?

Si oui, avez-vous remarqué que dans l’article sur les points de sortie, sur le screenshot de configuration on peut voir qu’il y a un peu plus que Stop Loss et Take Profit ?

Dans cet article, j’expliquais comment les points de sortie sont tout aussi importants que les points d’entrée pour la rentabilité d’une stratégie. Au début, dans la stratégie de croisements de moyennes mobiles on sortait sur un évènement de marché, en l’occurrence le croisement entre les moyennes. Puis, nous avons fait évoluer la stratégie en y plaçant des Stop Loss / Take Profit et nous avons pu voir que la courbe de performances était fortement impactée.

Mais ça, ce n’était qu’un apéritif, qu’une mise en bouche sur la manière de sortir d’une position, et dans cet article nous verrons une manière un peu plus efficace de sortir de certaines positions et de profiter de gros mouvements : le stop suiveur, ou Trailing Stop.

Prérequis

Le stop suiveur étant un point de sortie amélioré, il faut bien entendu connaître les points de sortie de base : Définition de modèles et stratégies : les points de sorties (Stop Loss et Take Profit)

Cet article étant théorique, il n’y a pas besoin de connaissance de backtests.

En revanche, nous travaillerons un peu manuellement, je vous fournis donc le fichier de travail pour que vous puissiez jouer avec : Trailing Stop

Problématique

Je vais vous demander un petit effort d’imagination (c’est un article théorique, on a le droit :)) : nous sommes le 6 Avril 2016, notre système de trading automatique fait sa petite tambouille, et nous envoie un signal d’achat fort sur le CAC. Comme nous avons pleinement confiance en ses capacités, on go ! Néanmoins, nous ne sommes pas des inconscients, et nous plaçons des points de sorties raisonnables, à savoir Stop Loss et Take Profit à 5%. Voici ce que ça donne :

Grand bien nous a fait : nous sortons le 18 Avril sur notre Take Profit, à un cours de 4506, réalisant ainsi environ 5% de perf en 2 semaine.

Mais bon, à la vue de cette courbe, on peut se dire que c’est un peu gagne petit compte tenu de l’ampleur potentielle du mouvement. Heureusement, nous avons une machine à remonter le temps, et nous pouvons revenir au 6 Avril et placer des SL / TP plus larges, cette fois à 10% :

Ahh ! Cette fois, nous sortons de position le 8 Décembre 2016 ) 4735, réalisant ainsi un peu plus de 10% en 8 mois, avec un drawdown plutôt faible, ce qui n’est pas mal du tout !

Vous pouvez me dire que c’est moins bien que les 5% en 2 semaines, mais avec les zigzags du milieu d’année, ça aurait été compliqué d’en profiter plus.

Néanmoins, est-ce que vous ne sentez pas une certaine frustration en voyant une montée comme ça pour ne faire au final qu’une performance fixée depuis le point de départ ? Hé bien, ne le soyez plus, le stop suiveur sert exactement pour ce genre de cas.

Définition

Qu’est-ce donc que le stop suiveur, ou Trailing Stop, souvent abrévié TS ?

  • Tout d’abord, comme son nom l’indique, c’est un ordre Stop Loss, à déclenchement. Il a donc lui aussi une valeur limite sous laquelle on ne doit pas passer sous peine de le déclencher.
  • Sauf que sa valeur de déclenchement n’est pas fixe : si le cours dépasse le dernier maximum atteint depuis notre entrée en position, on met à jour la valeur de déclenchement, sinon on la laisse telle quelle.
  • Il n’y a pas de pendant positif (Take Profit) car le point de déclenchement du TS va augmenter avec le cours, et au bout d’un certain moment (on l’espère), il sera positif

Exemple :

  • On prend sur une position sur un instrument qui vaut 100€. Et on place un Trailing Stop à 20%, soit à 80€
  • Le premier jour, la position augmente de 10% et passe à 110€. On augmente le TS de 10%, et il passe à 88€ (110 * 0.8)
  • Petite correction le lendemain, la position passe à 108€. Le TS ne bouge pas, et reste à 88€.
  • Reprise douce après, on revient sur 109€. Rien à faire ici, car nous n’avons pas dépassé le précédent maximum de 110€. Le TS est toujours à 88€
  • Gros boost le jour d’après, on finit à 115€. C’est supérieur au dernier maximum qui était à 110€, nous mettons donc à jour le TS, qui passe alors à 92€ (115 * 0.8)
  • et ainsi de suite…

D’après ce petit exemple, on peut sentir que selon la distance de la valeur de déclenchement, ça peut être un peu frustrant : avec une distance à 10%, ça vaut dire qu’on va sortir 10% en dessous du plus haut atteint. Si le plus haut était à 8%, ça peut être rageant de faire -2% de perf après avoir touché +8%… C’est pourquoi il est important qu’il soit utilisé dans le cadre d’une stratégie faite pour. Ce n’est pas juste un point de sortie magique qui va permettre de sortir au mieux dans tous les cas.

Pour les besoins de l’illustration, je vais tricher, et on va dire que finalement, on a commencé notre stratégie en Novembre (“rien à f***, je fais qu’est-ce que je veux !” dédicace aux connaisseurs ;)) :

Nous sortons de position le 29 Juin 2017, à 5154, pour une entrée en position à 4527 le 17 Novembre 2016, soit une performance de 13% en 8 mois. C’est pas beau tout ça ?

C’est comme ça que grâce aux stops suiveurs, on peut profiter d’une montée nette et franche. Maintenant que vous connaissez le principe, je peux vous montrer pourquoi je me suis senti obligé de tricher pour le premier exemple :

Ceci est un zoom entre Avril et Octobre, et on peut voir qu’on aurait touché le Stop Loss négativement en quelques mois, et ça aurait été difficile de vous faire apprécier l’intérêt que peuvent avoir les Trailing Stop.

Néanmoins, ça permet également de voir que tout n’est pas blanc ou noir. Si la tendance est fortement marquée avec une montée (ou une descente) franche, les TS permettent de vraiment profiter de ces mouvements. En revanche, dans un marché incertain, zigzagant, il est très fortement possible de toucher le stop pendant qu’il est encore négatif.

C’est pourquoi ce n’est pas une formule magique de gains assurés, mais vraiment un outil. Au même titre que les autres points de sortie, s’il est utilisé, il est parti intégrante à part entière de la stratégie ou du modèle.

Implémentation

Petit aparté rapide pour dire qu’il est implémenté dans le GoingStrikerBot :

Et ça, ça veut dire que nous pourrons les utiliser dans de futurs backtests ! Mais je vous les garde pour plus tard 🙂

2 Comments

  1. Ping :Point de sortie, Ultimate : l'ATR Trailing Stop - AutoQuant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero lectus velit, eleifend Sed diam